Blog

Clichés sur les développeurs

Julien-Aubin
Share Button

Cet article parle des développeurs geek et des clichés qu’ils trainent comme des boulets.


 

 

 

 

Débloque les + belles offres tech en 10 mins

Il faut dire que bien des gens nous regardent de travers. Allez dans une soirée et dites que vous êtes informaticien : ça fera fuir les filles, ou alors les gens vous demanderont « tu peux me réparer mon ordinateur ? », et vous oublieront ensuite. Bref ne dites jamais à vos voisins, à vos amis, à votre chien (enfin si lui le verra) que vous êtes informaticien. Si on vous demande dans quel secteur vous travaillez, donnez simplement le secteur d’activité de votre boîte. Ex : à une époque j’ai travaillé dans une grande agence de voyages sur le web, bah je disais que je travaillais dans une agence de voyage. Voyons donc quelques clichés qui traînent sur nous…

Le geek est un jeune homme boutonneux, avec des lunettes, barbu et célibataire

Dans la série Sauvés par le gong le geek de service était Screech et était effectivement un cliché. Et on en trouve régulièrement à la télé, notamment dans les émissions poubelle de télé réalité. En ce qui me concerne je suis marié depuis bientôt 10 ans et j’ai un enfant, donc déjà c’est raté. Et ma femme n’est absolument pas geek. Au début je voulais lui passer son PC sous Linux, finalement elle m’a obligé à lui prendre une machine sous W—–s. Et elle a bien du mal à correctement utiliser Microsoft Word. Par exemple elle ne comprend rien aux styles, même avec le bouquin Word pour les nuls elle est totalement à la ramasse là-dessus. Bref vous voyez quoi.

Et avoir un informaticien à la maison, ça l’aide bien. Exemple : « chéri, mon ordi est planté ! », « chéri, Internet marche pas ». Bref tous les geeks ne sont pas célibataires, d’ailleurs parmi mes amis geek aucun ne l’est, ça calme non ?

Pour le côté « boutonneux, barbu et avec des lunettes », bon ça m’arrive d’être barbu. Mais pour le reste, regardez ma photo, oui c’est ça, approchez, approchez, vous voyez des boutons et des lunettes ?

Le geek est un autiste qui passe sa vie à coder et à jouer aux jeux vidéo

Il est vrai que certains d’entre nous aiment bien coder, j’en fais partie. Mais bon, on ne le fait pas tout le temps non plus, ma femme serait la première à râler. Et pour les jeux vidéo, bah…. le plus joué au monde à l’heure actuelle est Candy Crush Saga, par des millions de personnes dont… 65% de femmes. D’ailleurs regardé autour de vous tous ces gens sur leur smartphone, en train de jouer frénétiquement des heures à ce loisir, et pour certains dépenser des sous dedans. King, l’éditeur du jeu, aurait eu en 2013 un bénéfice d’un million et demi de dollars par jour, voilà qui donne le tournis. Alors mesdames qui honnissez les geeks mais qui vous enfermez sur Candy Crush, vous ne seriez pas vous aussi un peu « autistes » ?

La culture geek est borderline

Parmi les grands ouvrages de la culture geek, on trouve la littérature de Tolkien et la saga Star Wars. Au box office, les films Le Seigneur des Anneaux ont réalisé en moyenne 7 millions d’entrées, ce qui n’est finalement pas si mal pour de la culture « borderline ». Ah et pour Star Wars les films ont réalisé en moyenne 5 millions d’entrées. Et tout ça sans compter tous les produits dérivés. Bref rien qu’en France il faut croire qu’au moins 15% de la population est fan de culture borderline, sans compter ceux qui ont regardé les DVD ou les diffusions télé de ces films…

Le geek ne mange que des pizzas et ne boit que du Coca

A ce niveau, les soirées pizza JobProd contribuent aussi à entretenir le mythe. Merci à toute l’équipe quand même pour ces événements bien sympathiques. Mais outre que les pizzas, c’est bon de temps en temps, à titre perso je n’aime pas le Coca, en plus ça détruit les dents. Et des geeks fan de bonne bouffe, j’en connais aussi. Un de mes proches amis, geek lui-même, adore la nourriture asiatique, plutôt connue pour ses vertus diététiques. Moi aussi d’ailleurs, et si je n’en mange pas plus souvent c’est justement parce que ma femme déteste et ne veut plus entendre parler de Ramen ou nouilles. Comme quoi.

Et pour rire un peu sur ceux qui méprisent les informaticiens

Avez-vous déjà vu des gens mépriser les informaticiens ? Allez, ce sont souvent des gens BCBG (dont pas mal de commerciaux de SSII même s’il y a des irréductibles) à se la péter avec leur nouvel iPhone, montrant fièrement à leurs amis « eh t’as vu, j’ai le dernier iPhone sorti hier, il est trop hype ! ». Et certains iront jusqu’à dire « avec son nouveau processeur A7 64 bits il est super rapide ! » parce qu’ils auront lu une revue grand public traitant du sujet. Et après ils iront avec plaisir se faire pigeonner par une coopérative fruitière à chaque fois que celle-ci sortira un nouveau produit. Ouais, bah ces gens n’ont que mon mépris et une chose est sûre, je n’irai plus bosser pour eux, m’étant déjà fait avoir par le passé.

En conclusion…

En France tous les métiers ayant rapport avec la technique sont méprisés. L’informatique et les maths sont sans doute ceux qui le sont le plus, car parmi les plus incompris. Et après on s’étonne que l’industrie française soit en perte de vitesse et que « c’est la crise ». Les clichés évoqués ont la vie dure, et j’espère que mon petit laïus aura pu convaincre certains non informaticiens que finalement on n’est pas si « crétins » que ça.

Débloque les + belles offres tech en 10 mins

Cet article vous a plu ? Vous aimerez sûrement aussi :

 

JulienJulien
Moi c’est Julien, ingénieur en informatique avec quelques années d’expérience. Je suis tombé dans la marmite étant petit, mon père avait acheté un Apple – avant même ma naissance (oui ça date !). Et maintenant je me passionne essentiellement pour tout ce qui est du monde Java et du système, les OS open source en particulier.

Au quotidien, je suis devops, bref je fais du dév, je discute avec les opérationnels, et je fais du conseil auprès des clients.

Son Twitter - Son LinkedIn

Share Button

12 commentaires

  • R dit :

    L’autre cliché c’est de croire que développeur = geek.
    Parce qu’en lisant le titre de l’article, on s’attend à des vrais clichés sur le développeur, et non le geek…

  • gojul dit :

    Bonjour,

    Le truc est que malheureusement bien souvent les développeurs sont assimilés à des geeks. D’ailleurs on peut être geek sans être développeur et inversement, cf. la définition de geek dans wikipedia. Cela dit il faut reconnaître qu’une majorité de développeurs passionnés (parce qu’on peut être dév sans être passionné) sont des geeks.

  • Pixoo dit :

    Bonjour,

    C’est amusant parce que pour moi ces clichés sont de l’histoire ancienne, ça ne nous colle plus à la peau comme avant. Aujourd’hui l’image change, j’entends plus souvent parler de Mac et de t-shirts humoristiques comme symboles du Geek/Dev. Plutôt que le Coca, je vois plus souvent le café et la bière mis en avant.

    Pour la partie réparation d’ordinateur il y a effectivement de la demande mais le cliché n’est-il pas plus sur les non-informaticiens qui ne savent pas s’en sortir ? Et puis il suffit de leur demander de rendre également service, « Tu es dentiste ? Bien, je te répare ta machine, tu m’offres une séance. Non ? Tiens, bizarre… ».

    Dans l’ensemble ça me parait un peu malvenu cette histoire de cliché qui sont plus représentatifs de 2000 que d’aujourd’hui. Quelques points subsistent, en partie à cause de séries comme Big Bang mais après si les gens ne savent pas faire la part des choses…

    En tout cas le choix de ne pas assumer sa profession ouvertement est un manque cruel de respect pour celle-ci et pour soi-même. On est dans un domaine à la pointe d’aujourd’hui et de demain, pourquoi le cacher ? Par peur des demandes ? Un simple « non » fait très bien l’affaire ;)

  • gojul dit :

    Ca dépend, effectivement auprès du grand public c’est moins vrai. Maintenant auprès des décideurs en entreprise ça continue car ça les arrange… pour baisser nos salaires. Je parle bien sûr en France.

    Perso quand qqn me demande pour réparer l’ordi je dis « ah oui mais bon tu comprends je suis sous Linux donc Windows je connais pas » et la personne laisse tomber.

  • Pixoo dit :

    Ça doit dépendre des « décideurs » parce qu’en ce moment c’est plutôt la mine d’or l’IT en général. On est trop peu nombreux et on s’arrache nos CV donc je pense pas que le cliché mauvais genre traine tant que ça, Geek c’est le nouveau Chic, tout le monde se prétend « un peu geek » parce que ça fait hype ^^ On est à la mode :D

  • gojul dit :

    Dans le monde anglo-saxon et plus précisément de l’autre côté de l’Atlantique oui l’informatique est une mine d’or, et quand vous dites que vous êtes senior developer tout le monde vous respecte.

    Ici quelqu’un qui reste dév plus de 3 ans, c’est mon cas, est souvent considéré comme pire qu’un raté.

    Ah et pour les salaires, d’après le Munci l’informatique est le deuxième métier intellectuel le moins payé devant les… agronomes. Lien : http://munci.org/Enquete-Cnisf-2007-les-salaires-des-ingenieurs-en-SSII-sont-toujours-les-plus-bas-du-marche . On pourra remercier les Alt*n et un certain nombre de clients qui sont largement responsables de cet état de fait. L’initiateur, je dirais que c’est l’oeuf et la poule mais je pense quand même que les premiers ont commencé à vendre du kilo d’ingénieur à bas coût. Désolé pour le langage mais la réalité est là.

  • Karim dit :

    Bof, j’ai l’impression que cet article est bien plus rempli de clichés que ce qu’il dénonce…

    – D’abord, développeur = geek. Ah bon ??
    – Informaticien = lunette, boutons… Qui croit encore ça ? Quand, je dis informaticien, on m’imagine plus derrière un bureau avec un costume (et la plupart sont dans ce cas) qu’avec un t-shirt Star wars.
    – En quoi le film « Le seigneur des anneaux » est de la culture « borderline » ?? Là encore, le développeur n’est pas celui qui regarde tous les Star wars chaque semaine et qui se déguise en Dark Vador le week end… Je suis développeur et j’aime le film Titanic.
    – « En France tous les métiers ayant rapport avec la technique sont méprisés » Bien sûr, d’ailleurs beaucoup de parents découragent leurs enfants de devenir ingénieurs…

    Bref, l’article est une insulte et non une éloge aux développeurs.

    Puisqu’à chaque article vous prétendez être les défenseurs de ce métier, être les seuls à le respecter…, pouvez-vous nous dire combien vous payer les votre et combien touchent en moyenne ceux qui passent par votre agence pour trouver un emploi ? Cela sera bien plus intéressant que de lancer des piques aux SSII qu’apparemment vous ne connaissez pas du tout.

  • gojul dit :

    Bonjour,

    Bon déjà on a mis un peu de temps à répondre à votre commentaire, désolé, c’est notre faute.

    1/ développeur = geek, c’est surtout vrai pour les passionnés. Mais bon tous les geeks ne sont pas développeurs et inversement, là-dessus autant être clair. Cela dit de nombreux dirigeants d’entreprise s’imaginent encore ça ou font mine de le penser pour se dire « oh bah comme ça il pourra bien bosser 25h / jour ».

    2/ idem que pour le 1.

    3/ je ne dis pas que c’est borderline, je l’ai d’ailleurs mis entre guillemets, je dis simplement que les gens s’imaginent que la culture geek est borderline ce qui n’est pas vraiment le cas. Il s’agit là de second degré.

    4/ pour le mépris, effectivement les parents ne découragent pas forcément leurs enfants à devenir ingénieurs, mais faut voir les débouchés par la suite. Et malheureusement dans les entreprises françaises les commerciaux et les managers sont infiniment plus considérés que les experts techniques.

    Après l’article était clairement orienté second degré, dommage que ce ne soit pas apparu si clair. Et pour les piques aux SSII vous avez le site http://www.viedessii.com . Ah et pour le salaire d’après le Munci, http://www.munci.org , les salaires des informaticiens sont parmi les plus bas pour les professions intellectuelles, 43k en moyenne. Personnellement je suis au-dessus mais il y a l’effet région parisienne qui joue énormément, étant donné que 80% des offres du secteur sont en IDF. Et je connais un certain nombre de personnes qui se font bien entuber par leur SSII à des salaires nettement en dessous, j’ai déjà vu des gens avec 8 ans d’XP en RP et un Bac + 5 toujours à 40k.

    Il est vrai aussi que le métier d’informaticien est un métier d’autodidacte, et le niveau d’une personne est complètement décorrélé des diplômes. Ca fait dire à certains que l’informatique « c’est facile », ce qui est fort bien connu :D et donc qu’on peut baisser les salaires.

  • Karim dit :

    Pas de problème pour le temps de réponse :)

    Je suis d’accord les salaires des informaticiens sont bas, mais cela ne concerne pas que les SSII. J’ai bosser dans une startup et contrairement à l’image qu’on en donne, c’est pas la grosse teuf tous les jours avec pizza et coca à volonté, mais plutôt bosser 10h/jour (oui je l’ai fait) avec un salaire plutôt bas (ben oui on se lance on à pas encore de gros moyen mais ne t’inquiète pas on regarde Facebook, Google…) et cela avec 0 avantages (pas de CE, pas de tickets restos …).

    Bref dire les SSII sont des exploitants et les startups des entreprises super génial, c’est vraiment se voiler la face. Bien sûr il y a des exceptions des 2 côtés.

    • Aurélie de JobProd dit :

      Bonjour Karim ! Complètement d’accord avec vous ! Vous aviez lu notre article sur l’esprit startup ? http://jobprod.com/la-propagande-nauseabonde-de-lesprit-startup/ Ca rejoint assez ce que vous dîtes.

      Dans notre réseau d’entreprises, il y a des sociétés de service, des startups, et des PME. Nous sommes ouverts par rapport à ça, le tout est qu’il y ait une technicité forte et qu’il y fasse bon travailler.

      Je vous invite à vous inscrire à notre newsletter (en bas à droite de cette page : http://jobprod.com/), la prochaine parlera justement des secrets du bien-être au travail pour les développeurs en SSII (teasing :)).

      A bientôt.

  • gojul dit :

    Je suis 100% d’accord avec vous. Toutes les startups ne se valent pas, de même que toutes les SSII ne se valent franchement pas. J’ai connu une grosse startup qui était dirigée par un fils à papa pourri gâté, et ils avaient un turnover proche de 30%. J’ai fait une autre toute petite startup où les mecs ne savaient pas bosser, je les attendais car ma partie était la seule qui fonctionnait (sans me vanter) et malgré mes différentes propositions d’aide ils m’ont toujours dit « c’est bon on s’en sort ». Au bout d’un moment ça les a énervés de voir que je les attendais et ils m’ont gentiment dit d’aller voir ailleurs, ce que j’ai fait à mon plus grand bonheur !

    Après je ne suis pas employé jobprod ;-) mais par contre il est vrai qu’ils cherchent vraiment à trouver les bonnes entreprises, ce qui n’est clairement pas évident. Mon entreprise actuelle est la première dans laquelle je trouve vraiment du respect des dirigeants.

    Un gros avantage toutefois des startups est qu’on a bien plus l’occasion de toucher à tout que dans une plus grosse boîte, et ça c’est très formateur. Maintenant le fait que tout se passe bien en entreprise dépend généralement du top management. Comme disait un collègue « en France on a des syndicalistes caricaturaux mais aussi des patrons caricaturaux ». Et trouver un patron respectueux de ses salariés n’est vraiment pas une chose facile à l’heure actuelle !

  • Lamecarlate dit :

    Comme d’autres l’ont dit plus haut, cet article ne donne pas du tout les bons arguments :/ Ce sont des clichés sur les geek⋅e⋅s, et en plus – et c’est là que je veux réagir – pour les désamorcer vous utilisez d’autres clichés, tout aussi délétères.

    Par exemple le « ça fera fuir les filles » : parce que bien entendu les geeks (pardon, les devs) sont tous des hommes hétéros. Et votre exemple avec votre femme qui n’y connaît rien… excusez-moi mais qu’est-ce que ça apporte à l’article ? Au contraire, si elle avait été dév’, ça aurait été plus percutant.

    Ensuite, utiliser le terme « autiste » en insulte, c’est validiste, c’est sous-entendre qu’être autiste, c’est mal (et volontaire). Et je passe sur le « Alors mesdames qui honnissez les geeks mais qui vous enfermez sur Candy Crush, vous ne seriez pas vous aussi un peu « autistes » ??? », particulièrement nauséabond.

    Bref, article qui aurait pu être sympa… mais qui ne l’est pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>