Travailler dans les GAFA, le rêve ?

Rédigé par - Répondre

Share Button

 Julien, membre de la communauté de blogueurs JobProd.

Travailler dans les GAFA, Google, Apple, Facebook, Amazon fait rêver pas mal de monde. Il faut dire que ces entreprises sont connues pour les nombreux avantages qu’elles proposent, notamment en terme de salaire et d’ambiance cool. Cela dit, avant d’accepter une offre chez l’un deux il convient de se poser quelques questions. Explications.


Je trouve un job dans une société IT qui aime la tech !

Les avantages bien connus des GAFA

On va passer vite sur cette partie, mais il faut reconnaître que les GAFA proposent des avantages intéressants, telles que :

  • Un salaire sympa, quoique ça dépend vraiment du poste que vous occupez.
  • Un nom qui fait bien sur le CV.
  • Des challenges techniques nettement plus intéressants qu’ailleurs.
  • Des locaux sympa.
  • D’autres avantages matériels, qui peuvent aller du logement à la crèche pour les enfants et la cantine gratuite matin, midi et soir.

Il est clair que de tels avantages font que ces entreprises font rêver de nombreuses personnes. D’autre part leur ambiance en apparence cool peut aussi attirer du monde.

Le campus Google

Maintenant, de tels avantages peuvent se révéler être aussi de véritable inconvénients. Détaillons.

Un management parfois infantilisant, voire totalitaire ?

Travailler pour les GAFA demande une implication forte voire totale de ses salariés pour ces entreprises. En pratique c’est un peu comme si vous ne viviez plus que pour elles, façon vivre pour travailler. Une des causes vient du fait que les employés, s’estimant chanceux d’y travailler, vont vouloir tout faire pour garder leur place de choix. Par conséquent il est important pour eux de s’y montrer corporate. On peut lire cet article montrant que 7 Googlers sur 10 pensent en permanence au travail.

Par ailleurs l’organisation de ces entreprises est particulièrement orwellienne, dans le sens où finalement tous les faits et gestes des employés sont potentiellement connus de leur employeur. Ce qui peut poser de vrais problèmes pour différencier ce qui relève de la sphère privée ou public… surtout que les employés utilisent probablement les services de leur entreprise à titre privé, tels que GMail. Rappelons que certains dirigeants de ces entreprises considèrent la vie privée comme une anomalie, sauf quand c’est la leur…

Le siège de la Stasi à Berlin

En terme d’infantilisation on pourra citer les toboggans Google, et autres. Ça peut paraître cool, j’en conviens. Mais dans les faits je n’en suis pas si sûr… Ce genre de management peut littéralement faire péter les plombs à certaines personnes. Cerise sur le gâteau, en cas de mal-être, l’image renvoyée par ces entreprises fait qu’il peut être très difficile de parler à son entourage de ses problèmes.

Un problème éthique

Hormis Apple, le métier premier des GAFA est… la publicité ! Comme le dit l’adage populaire, si c’est gratuit c’est vous le produit ! On peut alors se mettre à coder des outils de tracking des utilisateurs, afin de « mieux les connaître » pour mieux leur vendre de la publicité. Faut-il rappeler que les plus grosses agences de publicité au monde sont Google, Facebook et Amazon ? C’est ainsi que les GAFA ont probablement plus de connaissances sur vous que toute organisation étatique ! On pourra se référer à l’excellent livre Surveillance:// du non moins excellent Tristant Nitot.

Maintenant, ces données constituent une véritable épée de Damoclès sur les utilisateurs. Si elles tombent dans de mauvaises mains, ou tout simplement qu’elles sont revendues à votre banque ou votre compagnie d’assurance, cela pourrait être problématique : possible refus de prêt ou de prise en charge en se basant sur les données reçues des GAFA.

Donald Trump peut accéder à nos données perso

Il se trouve qu’il est de notre responsabilité de développeur de ne pas produire de code non éthique. Il en va de notre avenir. Don’t be evil, comme disait Google.

Apple est certes plus respectueux de la vie privée mais n’est pas tout rose non plus : la politique y est de contrôler tout ce que peuvent faire les utilisateurs de leur appareil. On voit notamment cette politique dans le fait de tout souder au sein des derniers Mac, ce qui en fait certes des objets design mais dont on n’est plus vraiment propriétaires. Pour ceux qui seraient étonnés, je vous invite à lire la biographie de Steve Jobs.

Tout ceci pose au final de vrais problèmes d’éthique, ce qui peut être rebutant pour certains.

En bref…

Travailler pour les GAFA peut être une vraie chance, c’est vrai. En revanche, cela peut se révéler aussi problématique tant en terme de management que du point de vue moral. Aussi, si ces entreprises paraissent attractives, elles sont étrangement discrètes sur leur turn-over, qui y serait particulièrement élevé. On peut le lire ici aussi, et à mon sens l’effet Génération Y n’a que peu d’impact. Rappelons que le rêve de cette dernière est… un emploi stable. À partir de là, à vous de voir…

Je trouve un job dans une société IT qui aime la tech !
Cet article vous a plu ? Vous aimerez sûrement aussi :

Développeurs, attention au burn-out
Guide de survie du développeur dans une équipe ou sur un projet moisi
Entrepreneurs, les raisons qui font que vos développeurs restent… ou partent

Julien

Twitter : @julek42

JulienJulien
Moi c’est Julien, ingénieur en informatique avec quelques années d’expérience. Je suis tombé dans la marmite étant petit, mon père avait acheté un Apple – avant même ma naissance (oui ça date ;-) ). Et maintenant je me passionne essentiellement pour tout ce qui est du monde Java et du système, les OS open source en particulier.

Au quotidien, je suis devops, bref je fais du dév, je discute avec les opérationnels, et je fais du conseil auprès des clients.
En savoir +

Vous souhaitez devenir blogueur pour JobProd ?

Share Button

Répondre