Vous êtes patron et vos équipes arrivent systématiquement en retard…

Rédigé par - Répondre

Share Button

 Julien, membre de la communauté de blogueurs JobProd.

Vous êtes patron et vous constatez avec désarroi que vos équipes arrivent systématiquement en retard le matin. Votre premier réflexe est de venir leur passer un savon pour qu’ils arrivent plus tôt. Grave erreur.


Je trouve un job dans une société IT qui aime la tech !

Il y a deux raisons principales qui font que vos équipes peuvent arriver tard le matin :

  • Elles restent tard le soir pour travailler, des fois après 22h.
  • La démotivation.

Les gens qui restent tard travailler

Les gens qui restent tard travailler ne le font généralement pas par plaisir, mais bien par nécessité. Dans le monde logiciel, c’est souvent le cas parce que votre application est si cassée qu’il faut la corriger en urgence d’ici le lendemain, ou alors que vous leur imposez des plannings irréalistes. Bien souvent d’ailleurs vos équipes vous auront remonté le problème et vous n’aurez pas pris les mesures adéquates pour y mettre fin. Bien souvent d’ailleurs dans une telle situation certains membres de votre équipe sont au bord du burn-out.

Symbolique du burn-out

Dans un tel cas, reprocher à vos équipes d’arriver tard le matin alors qu’elles ont bien le droit de se reposer, c’est leur manquer totalement de respect ! Attendez-vous alors qu’elles se mettent à respecter strictement le nombre d’heures contractuel, en arrivant à l’heure que vous demandez. Et le jour où il y aura un problème qui bloque complètement vos clients même une seconde après l’heure limite, ne vous étonnez pas si elles ne restent pas le corriger. Ou alors qu’elles partent le soir en laissant tout en plan. C’est de votre faute, et vos effectifs ont raison de réagir ainsi. Souvent j’ai vu des équipes entières démissionner après de telles réactions, vous laissant « en slip ».

En fait la seule action raisonnable est de venir voir votre équipe pour connaître la raison qui les fait rester si tard, et de prendre des mesures pour que ceci cesse. Et ces dernières ne consistent pas à demander à vos équipes davantage d’efforts, mais bien réorganiser le travail. Par exemple ça peut consister à alléger les plannings, ou encore mettre en place sérieusement un chantier qualité ou refonte des applications afin d’éviter les bugs. Au passage vous remarquerez que vos applications s’amélioreront, et avec la satisfaction des utilisateurs.

La démotivation

La démotivation de vos équipes peut venir de plusieurs facteurs, l’un n’étant pas exclusif de l’autre :

  • Des plannings déraisonnables de votre part, ou au contraire une absence de travail vécue comme une mise au placard.
  • Votre inaction face aux demandes de votre équipe.
  • Des tâches demandées qui sont largement sous-qualifiées.
>Les plannings déraisonnables sont généralement une conséquence directe du management par la pression. Dans cette situation vous instaurez une relation perdant-perdant : vous mettez la pression à vos équipes, ce qui augmente temporairement la cadence de travail. Et puis assez vite vos équipes, dégoûtées, se désengagent. Alors vous remettez une couche de pression, ce qui conduit à un désengagement encore plus grand. Jusqu’au moment où tout le monde vous rit au nez et ne fait plus rien.
Je suis content d'aller au travail

L’absence d’écoute peut venir de votre inaction face à des demandes purement matérielles, par exemple des ordinateurs plus puissants. Sachez qu’il n’y a rien de plus stupides que de refuser à des développeurs de meilleures machines. Une bonne bécane coûte en effet 800 euros, maintenant un développeur coûte 400 euros par jour. Imaginez qu’à cause de sa machine il soit contraint d’attendre une heure par jour. Au bout de deux semaines vous avez déjà largement amorti la machine… Et d’autre part si malgré sa machine vous lui venez lui mettre la pression sur les délais il se désengagera et aura raison. Si vous n’osez pas demander de nouvelles machines à votre hiérarchie car vous avez peur de la réaction de celle-ci, dites-vous bien que c’est votre boulot de chef. Si vous ne le faites pas, c’est que vous ne servez strictement à rien pour l’entreprise, et lui nuisez par les coûts que vous induisez. Les mots sont forts mais traduisent bel et bien une réalité.

Enfin les tâches largement sous-qualifiées peuvent par exemple consister à demander à des ingénieurs télécom de tester des téléphones en suivant des cas de tests très précis, et remonter les erreurs. Une SSII par exemple était très fière d’avoir un plateau embauchant à plein temps des ingénieurs à faire ce travail qu’un collégien de troisième aurait largement pu faire. Pas étonnant que le turn-over y soit stratosphérique.

Et bien évidemment le salaire joue aussi énormément sur la motivation des équipes. Si vous payez vos développeurs des cacahuètes, ne vous attendez pas à ce qu’ils investissent.

Sachez dans tous les cas que faire la police sur les horaires auprès d’une équipe démotivée n’aura strictement aucun effet. J’en ai moi-même été témoin, et ça m’a bien fait sourire à l’époque tant il était évident que l’inaction du management face aux problèmes des équipes était la cause de la démotivation. Autant dire que ces chefs étaient d’authentiques emplois fictifs… Alors bien sûr vous pourriez être tenté de sévir en licenciant une ou deux personnes, mais les « survivants » seraient alors envieux des deux « chanceux » licenciés… Si si, je vous l’assure !

Les cas individuels

Certaines personnes peuvent parfois avoir des contretemps personnels qui peuvent les mettre en retard. On pourra citer en région parisienne le RER B et ses légendaires retards. Après aussi, les salariés en question peuvent être dans l’un des cas évoqués ci-dessus, auquel cas il est urgent d’agir, soit pour éviter un burn-out, soit pour éviter que la démotivation se répande dans les équipes. Car il s’agit là de quelque chose de généralement viral, comme la gastro…

En bref…

Dans la plupart des cas, même si c’est désagréable à entendre, c’est le management qui est directement responsable des retards du fait de la manière dont il gère les effectifs. Bref au lieu de faire la police, prenez le taureau par les cornes et faites les corrections nécessaires à votre manière de gérer votre équipe. Tout le monde en sortira gagnant. Ah et dernier point… si des gens partent tôt alors qu’ils arrivent tôt, ayez la décence de ne pas leur demander de partir aux mêmes heures que tout le monde, souvent ils viennent tôt pour des raisons de continuité de service…

Je trouve un job dans une société IT qui aime la tech !
Cet article vous a plu ? Vous aimerez sûrement aussi :

Entrepreneurs, pourquoi c’est important de bien payer vos développeurs
Pourquoi les entretiens RH sont-ils souvent décevants pour un développeur
Entrepreneurs, les raisons qui font que vos développeurs restent… ou partent

Julien

Twitter : @julek42

JulienJulien
Moi c’est Julien, ingénieur en informatique avec quelques années d’expérience. Je suis tombé dans la marmite étant petit, mon père avait acheté un Apple – avant même ma naissance (oui ça date ;-) ). Et maintenant je me passionne essentiellement pour tout ce qui est du monde Java et du système, les OS open source en particulier.

Au quotidien, je suis devops, bref je fais du dév, je discute avec les opérationnels, et je fais du conseil auprès des clients.
En savoir +

Vous souhaitez devenir blogueur pour JobProd ?

Share Button

Répondre