Blog

A la découverte de Vim

obelux
Share Button

Grégoire, membre de la communauté de blogueurs JobProd
Pour ce premier article, je vous propose de découvrir Vim.

Je cherche un job dans lequel je me sens bien maintenant !

Vim (Vi IMproved) est un éditeur de texte très utilisé dans le monde du développement logiciel. Ses principaux atouts sont:

  • la légereté : Vim est principalement codé en C et en VimL, un langage qui lui est propre.
  • la modularité : Vim est extensible par le biais de plugins qui améliorent ses fonctionnalités natives, parfois de manière étonnante (client sql avec dbext par exemple).
  • l’ubiquité : Vim a été porté sur la quasi totalité des OS existants, y compris les plus exotiques tels qu’Amiga ou BeOS. De plus, Vi, le précurseur de Vim est installé par défaut sur de nombreux UNIXes. Un utilisateur de Vim ne sera donc pas dépaysé.

Mais Vim est également connu pour son fonctionnement atypique, voire déroutant. Certains considèrent en effet que la courbe d’apprentissage de Vim est à peu près aussi facile à gravir qu’une falaise sous le blizzard. Cela peut paraître exagéré mais force est de reconnaître que Vim n’est pas l’éditeur de texte le plus ‘user-friendly’ qui soit. L’interface est minimaliste et la documentation s’apparente à un grimoire Zoulou, dans la plus pure tradition UNIX.

Pourtant cette même interface offre une souplesse et une puissance inégalée pour la manipulation de texte, ce qui explique la popularité constante de l’éditeur depuis sa première version, sortie en 1992.

Avant de profiter pleinement de Vim, il est donc necéssaire de passer quelques temps à explorer le logiciel pour découvrir ses spécificités, et notamment les notions de modes, mots et commandes ‘ex’.

I. Les Modes de Vim
Vim est un éditeur modal. Un mode correspond à un « état » choisi par l’utilisateur pour accomplir une tâche donnée, telle qu’insérer du texte ou effectuer une recherche. Il est possible de passer d’un état à l’autre par l’intermédiaire de « transitions », à la manière d’une machine de Turing. Les modes les plus couramment utilisés sont les suivants:

  • Mode Normal : principalement destiné à la navigation dans le document, à l’aide de raccourcis spécifiques. Il s’agit du mode par défault au lancement de Vim.
  • Mode Insertion : destiné à insérer du texte dans le document, c’est le mode standard de la plupart des éditeurs de texte.
  • Mode Visuel : destiné à la sélection de blocs de texte, souvent pour effectuer un traitement spécifique par la suite.
  • Mode Commande : destiné à saisir des commands ‘Ex’, afin d’effectuer des recherches ou des manipulations de texte avancées.

Cette caractéristique modale est la première spécificité rencontrée par les utilisateurs de Vim (et parfois la dernière)…

Mais elle offre une souplesse étonnante: il n’est pas necéssaire de maintenir plusieurs touches de contrôle appuyées pour parvenir au résultat souhaité, il suffit de changer le mode de Vim. L’édition de texte sous Vim s’apparente donc à une succession d’insertions de courte durée, entrecoupée de déplacements effectués en mode Normal.

Au final, le mode Normal est omniprésent, car il permet de se déplacer de façon très rapide sur l’ensemble du document grâce à des raccourcis claviers d’un genre particulier: les « mots ».

Je cherche un job dans lequel je me sens bien maintenant !

II. Les Mots de Vim
En mode Normal, les touches du clavier ne sont pas utilisées pour insérer du texte, mais pour effectuer des mouvement ciblés. Par exemple, la touche ‘w’ (word) amène le curseur sur le mot suivant, tandis que la touche ‘b’ (back) permet de revenir au mot précédent. De la même manière, la touche ‘e’ (end) positionne le curseur sur la dernière lettre du mot courant.

Certaines touches permettent également de manipuler le texte, ou d’effectuer une transition vers un autre mode de Vim. C’est le cas notamment des touches ‘c‘, ‘d‘ et ‘v‘, qui permettent respectivement de modifier (change), supprimer (delete) ou sélectionner du texte (visual).

Individuellement, ces actions peuvent paraître anecdotiques, mais il est possible de les combiner pour obtenir des résultats nettement plus intéressants: ‘2bcw’ permet ainsi de revenir au deuxième mot précédent, de le supprimer, et de passer en mode Insertion pour le remplacer (‘change’ étant un raccourci pour ‘delete’ puis ‘insert’).

Globalement, la ‘grammaire’ de Vim est très puissante (elle permet également d’agir sur des lignes entières ou des balises), et il serait difficile de détailler l’ensemble des fonctionnalités qu’elle propose. Le grimoire Zoulou décrit plus haut peut se réveler d’une grande aide pour décrypter les formules magiques récupérées ça et là sur le Web.

III. L’Ex-mode de Vim
Les commandes ‘Ex’ (toutes les commandes commençant par ‘:’) sont une particularité de Vim qui nécessite de connaître les fondamentaux de l’éditeur, notamment les deux aspects évoqués précédemment. Ces commandes se présentent sous la forme de briques emboîtables, permettant de définir un traitement complexe à effectuer sur le document. A titre d’exemple, la commande

:g/REGEXP/;?^$?;/^$/w >> vim.txt

permet de trouver toutes les lignes du document contenant REGEXP, de sélectionner les paragraphes qui les contiennent, et de copier ces paragraphes dans un fichier vim.txt.

  • :g/REGEXP/: trouver chaque ligne contenant REGEXP.
  • ;?^$?: remonter jusqu’à la ligne vide précédente (soit le début du paragraphe).
  • ;/^$/: descendre jusqu’à la ligne vide suivante (soit la fin du paragraphe).
  • w >> vim.txt: écrire la sélection à la fin du fichier vim.txt.

Les commandes ‘Ex’ allient puissance et souplesse, mais elles sont assez difficiles à utiliser. Bien qu’elles nécessitent un apprentissage particulier, elles permettent d’effectuer très rapidement des traitements qui sur d’autres éditeurs impliqueraient de laborieuses phases de scrolling/copier-coller.

Les trois notions détaillées dans cet article (modes, mots, commandes-ex) ne sont que la partie émergée de l’iceberg Vim. Cette éditeur possède de nombreuses autres facettes (macros, scripting) qu’il serait impossible de présenter en quelques lignes.

Heureusement, le Web regorge de sites et autres wikis consacrés à Vim, qui permettent à qui le souhaite d’approfondir ses connaissances sur le sujet.
Citons entres autres vimcasts, vimgolf et vim adventure, qui montrent à quel point la communauté de ‘Vimmers’ est active et originale, à la mesure de leur éditeur de texte favori.

Grégoire

Tout comme Grégoire, vous êtes un passionné de développement ?
Alors, que vous soyez simplement curieux de rencontrer des entreprises très techniques et humaines, ou à la recherche de belles opportunités, nous vous invitons à cliquer ci-dessous !

 

GreggGrégoire Juge
Tombé dans la marmite Linux depuis quelques années déjà, je m’intéresse au mouvement open-source dans son ensemble. Techniquement, j’apprécie les systèmes légers et flexibles qui me permettent de focaliser mon attention sur l’essentiel.
A mes heures perdues j’aime également travailler sur des plate-formes de type Raspberry Pi ou OpenMoko, qui sont une passerelle idéale pour découvrir un autre domaine passionnant: l’électronique embarquée.

En savoir +

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>